Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Voici une très bonne recette qui contient peu de calories. Je l’ai trouvée dans un petit livre de recettes Dukan qui était offert avec Santé magazine et que ma mère m’a envoyé de France (donc pas de lien, désolée). La recette ci-dessous a été un peu adaptée.

Pourquoi cette recette contient-elle peu de calories ? Parce que nous utilisons des shiratakis à la place de pâtes. Soyez rassurés, je n’ai rien contre les pâtes, j’adore les pâtes ! Mais en manger trop souvent n’est pas idéal si vous faites attention à votre poids.

Je n’ai que récemment appris ce qu’étaient les shiratakis et le konnyaku, en fouinant dans des livres et des sites japonais, et je suis bien contente de les avoir découverts. Vous trouverez plus d’informations et des recettes dans ce petit livre paru récemment : « Mes recettes magiques au konjac et aux shiratakis ». Voici un extrait du blog des auteurs de ce livre :

Qu’est-ce que le konjac ?

Une plante, appelée Amorphophallus konjac. Sa racine est utilisée en alimentation traditionnelle japonaise depuis plus de 2 000 ans, telle quelle (comme n’importe quel légume), ou en produit transformé (konnyaku, pâtes, confiseries…).

Chez nous, on le trouve principalement sous 3 formes :

En bloc, préparé, comme un genre de cake gélatineux, appelé konnyaku. C’est le konjac alimentaire « de base », tel qu’employé depuis des milliers d’années par les populations asiatiques.
En vermicelles – un peu comme nos spaghettis – les shiratakis : c’est exactement comme le konnyaku, mais présenté différemment. De saveur neutre, non salés, ils se cuisinent à volonté, mijotés dans des soupes ou potages, sautés au wok avec d’autres ingrédients… Froids, on peut même en faire des salades. C’est la forme la plus « passe-partout » et la plus accessible en termes de goût pour les néophytes.
En poudre (en pot, gélules ou compléments alimentaires) : il est prescrit par les médecins en cas de troubles du transit (diarrhées ou constipation : c’est un équilibrant) ou de sensations de faim, de creux à l’estomac, mais on peut très bien l’acheter sans ordonnance. C’est un produit de phytothérapie, proposé par de grands laboratoires tout à fait sérieux.

Allez visiter leur blog : vous y trouverez plein d’infos.

On trouve aussi aux Etats-Unis (et en France ?) ces tofu shirataki. Il s’agit d’un mélange de konjac et de tofu.

Revenons donc à notre recette. J’espère que vous aurez maintenant envie d’essayer le konjac et les shiratakis si vous n’avez pas encore testé :-)

Pour 2 personnes il vous faudra :
– 400g de shiratakis blancs
– 1 oignon, coupé en petits morceaux
– 1 carotte, coupée en petits morceaux
– 1 branche de céleri, coupée en petits morceaux
– origan
– thym
– 1 ou 2 feuilles de laurier
– 300g de viande hachée maigre
– 1 petite boite de sauce tomate
– 1 tasse de bouillon de boeuf

1. Commencez par préparer le bouillon. Réservez.

2. Dans une grande poêle, faites fondre les oignons dans un peu d’huile, pendant une ou deux minutes, sur feu doux.

3. Ajoutez la carotte et le céleri, le thym, l’origan et les feuilles de laurier. Salez et poivrez et faites cuire pendant environ 10 minutes.

4. Emiettez la viande dans la poêle. Ajoutez la sauce tomate et le bouillon. Salez et poivrez à nouveau si nécessaire. Portez à ébullition puis laissez mijoter pendant environ 40 minutes.

5. Quand la sauce bolognaise est quasi prête, rincez les shiratakis avec de l’eau froide puis plongez-les pendant 2 minutes dans de l’eau bouillante. Egouttez.

6. Placez les shiratakis sur une assiette et déposez la sauce bolognaise par dessus. C’est prêt ! :-)