Étiquettes

, , , , , , , ,

Mercredi soir, mon mari et moi avons décidé de faire une pause et de descendre à Manhattan pour voir un film japonais : Rentaneko ou Rent-a-Cat (« Louez un chat »).

Il faisait partie du Festival Japan Cuts de la Japan Society de Manhattan. Le Festival se tient du 12 au 28 juillet 2012.

J’ai connu l’existence de ce film grâce à Tamar, de I Have Cat, et suis allée acheter les billets tout de suite, soit environ une semaine avant la perte de notre Grouik. Puis nous nous étions dit que nous n’irions pas, car nous n’avions plus trop envie de sortir. Mais au dernier moment, nous avons décidé de ne pas gâcher les billets et avons pensé que cela nous changerait un peu la tête.

Nous n’avons absolument pas regretté notre décision.

Rent-a-Cat, c’est l’histoire d’une jeune femme qui tient un business de location de chats aux personnes seules. La mission du chat loué, explique la jeune femme à ses clients, est de combler le trou qui peut exister dans leur cœur. Mais Sayoko, la jeune femme, est aussi désespérément à la recherche de sa moitié.

La vidéo qui suit est un résumé du film par la Japan Society.

 
Et vous trouverez ici une bande annonce avec les sous-titres en anglais (bien qu’il y ait une option français, elle n’a pas l’air de fonctionner). Pour une raison que j’ignore, je n’ai pas pu inclure la vidéo directement dans cet article…

Bien évidemment, les amoureux des chats seront plus particulièrement touchés par cette histoire. Mais il n’est pas nécessaire d’être un amoureux des chats pour apprécier ce film sous forme de fable. Sayoko rencontre plusieurs personnes qui se sont retrouvées ou se sentent seules pour différentes raisons et, grâce à ses chats, change leur vie.

Nous avons beaucoup ri, et avons été émus par les différente histoires. Une scène particulièrement drôle trouve notre héroïne en train de faire un mauvais rêve dans lequel les chats sont classés sous différentes catégories, selon leur espèce, et loués à différents tarifs en accord avec cette classification.

Un moment agréable fut aussi la séquence questions-réponses avec la Réalisatrice, Naoko Ogigami (au centre de la photo ci-dessous).

Parmi ses réponses, elle nous a dit que l’histoire du film était inspirée de la fois où son grand-père avait perdu son chat et elle avait alors pensé qu’il serait opportun de pouvoir louer un chat ; elle a écrit l’histoire en 4 jours ; les chats du film n’ont pas suivi d’entrainement particulier ou il ne leur a pas été demandé de faire quoi que ce soit, ils les ont juste laissé être chats pendant le tournage (et le résultat est assez impressionnant) ; elle a elle-même trois chats ; elle a apprécié le fait que le public américain exprime ouvertement ses émotions dans la salle.

S’ils en ont l’occasion, les amoureux des chats (mais pas seulement) devraient ne pas manquer ce charmant film. Je sais que si le DVD sort ici, je l’achèterai.

Merci à Naoko Ogigami pour cet adorable film. Merci à la Japan Society de l’avoir programmé. Et merci à Tamar de I Have Cat d’en avoir informé ses lecteurs !

Un fait plus ou moins en rapport me concernant : il y a assez longtemps, j’avais entrepris d’apprendre le Japonais. Pour diverses raisons, j’ai rapidement abandonné et l’ai toujours regretté. Et j’espère un jour pouvoir m’y remettre. En conséquence, je suis très frustrée de ne pouvoir comprendre ceci ou cela.

Un très bon weekend à tous !